Faits Divers

Un train percute une voiture : plus de peur que de mal

Cet article est visible à l’adresse La Dépêche
Dans la collision, tout le train avant de la Citroën a été arraché./Photo DDM, Hélène Dagues.

Dans la collision, tout le train avant de la Citroën a été arraché./Photo DDM, Hélène Dagues.

Un train percute une voiture : plus de peur que de mal dans Faits Divers image-zoom

«J’ai regardé avant de m’engager. J’ai donné un dernier coup d’œil à gauche mais en fait, il arrivait par la droite. Je me suis dit que ça allait passer…» Et à en voir l’état de sa voiture, on comprend vite que ce n’était pas le cas. Hier matin, il est 9 h 30 lorsqu’un automobiliste s’engage en direction de la RN 20 sur le passage à niveau n° 90, entre Tarascon-sur-Ariège et Ornolac-Ussat-Les-Bains. La collision avec le TER 871 451, en provenance de Foix, est alors inévitable. À cet endroit, pas de feu ou de signal sonore. Mais un stop contraint les voitures à marquer un temps d’arrêt avant de traverser la voie ferrée. «En plus ici, la voie ferrée est en courbe donc je l’ai vu au dernier moment», explique le conducteur du train.

Aucun blessé à déplorer

Ce passage à niveau n° 90, l’automobiliste le connaît bien pour l’emprunter à plusieurs reprises par jour. Et ce depuis plus de trente ans, sans aucun incident. Jusqu’à hier matin. «Du coup, j’ai fini sur la voie», déplore celui qui peut toutefois s’estimer chanceux de s’en sortir sain et sauf. Pris en charge par les pompiers de Tarascon-sur-Ariège, ce sexagénaire était visiblement «plus choqué que blessé».

Du côté des passagers du train, au nombre de trois sans compter le conducteur et un contrôleur SNCF, aucun blessé non plus. Après une immobilisation sur rails, le TER a pu repartir dans la matinée en direction de Latour-de-Carol, une fois l’épave de la voiture dégagée. Le trafic a souffert d’un retard sur la correspondance qui a suivi avant de repartir à la normale dans le courant de la journée.

Sur place, les gendarmes tarasconnais et les agents de la SNCF régionaux supervisaient les opérations. Quasi routinières. En effet, il y a à peine six semaines, le même genre d’accident avait eu lieu non loin de là, au passage à niveau de Sinsat. Là encore, plus de peur que de mal.

Géraldine Jammet

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

L'influence médiatique... |
La mare à mots de Cécé le C... |
Le blog de Bérénice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Laclassedepikou
| Isthmialemag
| Les Chroniques de Naima